Le Père Louis CHAUVET, fondateur de la Communauté

6 décembre 2017

Voici quelques éléments de la biographie du Père Louis Chauvet prononcés par Monsieur le Maire de Pertuis lors du dévoilement de la plaque posée en son honneur en l’église paroissiale.

Louis Chauvet est né à Pertuis le 16 février 1664, et fut baptisé le lendemain, en l’église de Saint Nicolas.

Au milieu du XVIe siècle, Etienne et Jehan Chauvet, tous deux bâtisseurs, originaires du village de Quinson, près du lac de Ste Croix, dans les Alpes de Haute Provence, vinrent dans la vallée de la Durance et s’installèrent à Pertuis.

En 1557, Jehan Chauvet épousa Honorade Aillaud et ils eurent une grande famille et beaucoup de descendants : un de leurs fils, nommé Grégoire, eut lui-même un fils, appelé Noë.

Louis Chauvet est le fils de Noë et de Marguerite de la Forest, venue du village de Cadenet et sœur du notaire de ce village. Les parents de Louis se marièrent le 22 mai 1650. Ils eurent 9 enfants, dont deux décédés en bas âge. Louis était le septième enfant.

Les enfants d’un premier mariage de Noë vivaient dans la même maison. L’un d’eux, Jean, joua un rôle important dans la communauté de Laroque d’Anthéron, proche de Pertuis.

La famille Chauvet habitait dans la « rue Galante », dans le vieux quartier de Beaujeu, dans une maison acquise par leur grand père Grégoire, en 1585.

Noë Chauvet était un riche marchand, cardeur de laine, tisserand, et très influent dans la cité. Il siégeait au Conseil municipal de Pertuis, était recteur de l’hôpital St Jacques, prieur des Frères de Saint Honorat et des Frères de Saint Antoine et de Saint Blaise, et lui-même membre d’une autre confrérie.

Pour loger sa nombreuse famille, il acheta la maison en face de la sienne. Il possédait aussi de la terre et des vignes, tout autour de Pertuis.

Nous ne savons rien de l’enfance et de la scolarité de Louis malgré nos recherches, mais nous pouvons l’imaginer descendant la rue vers la place nommée « Fontaine des Anges » ou prenant part au pèlerinage de Saint Honorat et Sainte Victoire avec les gens de Pertuis.

Grâce à un acte notarié, nous sommes sûrs qu’il a quitté Pertuis en novembre 1685, à 21 ans, avec le désir clairement exprimé de devenir prêtre. Il fut ordonné dans le diocèse d’Avignon le 13 mars 1688. Hélas, nous n’avons aucune trace de son passage en Avignon, ni dans le diocèse d’Aix, ni à Pertuis. Nous le retrouvons comme vicaire, de 1690 à 1694, à Cergy, au nord de Paris, puis à Champrond en Gâtines, en Eure et Loir.

En juin 1694, il devient Curé de la Paroisse de Levesville la Chenard, petit village d’Eure et Loir, à 35 km de Chartres. Là, il travaille, pendant six années, à « élever le niveau humain et spirituel » de la population, sérieusement affecté par toutes sortes d’agitations, de querelles et même de violences.

Pour favoriser son projet, il songe bientôt à rassembler quelques jeunes filles et à les former pour en faire de bonnes maîtresses d’école, en vue d’éduquer les filles du village, dépourvues d’instruction jusqu’alors. Elles visiteraient aussi les malades.
C’est ainsi que le Père Louis Chauvet devint le fondateur des « Filles de l’Ecole », en 1696.

Docteur en théologie, il enseignait aussi la philosophie à plusieurs étudiants, parmi lesquels trois de ses neveux, venus de Pertuis à Levesville et qui allaient aussi devenir prêtres.

En 1708, les « Filles de l’Ecole » travaillaient déjà dans d’autres villages et l’œuvre à peine commencée s’accroissait, si bien que pour consolider cette jeune fondation, l’Evêque demanda aux Sœurs de venir habiter à Chartres. Il leur attribua comme patron Saint Paul, les invitant ainsi à suivre le grand Apôtre missionnaire.

Louis Chauvet mourut le 21 juin 1710, à l’âge de 46 ans, et fut enterré les jours suivants dans l’église de Levesville. Il laissait alors une vingtaine de jeunes Sœurs. L’œuvre commencée était encore très humble. Il ne pouvait prévoir le développement et l’extension territoriale de la Congrégation !

Cependant, il était confiant et terminait son testament par le souhait que l’on continue ses « charités envers les pauvres. » C’est maintenant la mission des 4000 Sœurs de St Paul, répandues dans 40 pays à travers le monde !

Un homme au coeur de feu



Téléchargez le livret du père Louis Chauvet