Le 1er décembre a été consacré le nouvel autel

25 novembre 2019

La consécration d’une église : LA PLUS COMPLETE ET LA PLUS SIGNIFICATIVE DES CEREMONIES LITURGIQUES !

Dimanche 1er Décembre 2019 à 15h00, a eu lieu la grande célébration officielle de bénédiction de notre église rénovée et de la consécration du nouvel autel.

Le rituel de consécration d’une église se déroule en quatre étapes :

1) Les rites d’ouverture :

L’église est fermée. L’Evêque, les célébrants et fidèles sont dehors.
Après la monition prononcée par l’Evêque, le Maire au nom de tous ceux qui ont travaillé à la restauration de l’église lui remet les clefs de celle-ci.
Après avoir frappé sur les portes, il invite le curé à les ouvrir.
Puis précédé du porte-croix, l’évêque entre dans l’église précédé des ministres , des diacres et des prêtres. En entrant il trace avec sa crosse le signe de croix.

Tout de suite après l’évêque, entrent les porteurs du reliquaire entourés de flambeaux allumés puis l’assemblée.
Les reliques sont alors placées dans un endroit approprié du sanctuaire.

Ensuite, on apporte à l’évêque une vasque d’eau qu’il bénit pour asperger le peuple en signe de pénitence et en souvenir du baptême. Puis il asperge les murs de l’église en parcourant la nef.
De retour au sanctuaire, il asperge l’autel, puis l’ambon.
On entonne alors le GLOIRE A DIEU puis l’Evêque prononce la collecte qui rassemble la prière de tous.

2) La Liturgie de la Parole :

Les lecteurs et le psalmiste viennent auprès de l’évêque.
Un des lecteurs porte le lectionnaire et le donne à l’évêque qui le reçoit debout.
Il le montre alors au peuple en disant : Que résonne en ce lieu la parole de Dieu. Puissiez-vous y découvrir le mystère du Christ et l’annonce de votre salut dans l’Eglise. Amen.

Puis l’évêque remet le lectionnaire au premier lecteur qui l’élève à la vue de tous.
Après l’écoute des textes, l’Evêque prononce l’homélie puis tous prononcent la profession de foi.

3) La Liturgie de la Dédicace :

Elle débute par la Litanies des Saints dans laquelle les Saints locaux et du diocèse sont invoqués. Elles tiennent lieu de prière universelle : l’Église de la terre se joint à l’Église du ciel.

Puis l’évêque monte à l’autel. Un prêtre lui apporte les reliques de martyrs et d’autres saints.
Il les dépose dans le sépulcre préparé à cette fin puis elles sont alors scellées dans le sépulcre en signe de l’unité du Corps mystique dans le Christ. Le sacrifice du Corps et du Sang du Christ se célébrera sur les restes de ceux qui ont versé leur sang pour Lui et qui sont ses témoins.

L’évêque prononce alors la grande prière de dédicace, admirable condensé de tout le mystère de l’Église et de la liturgie.

Puis, comme pour une confirmation, vient le rite de l’onction avec le Saint Chrême : L’évêque dépose alors la chasuble et prend le tablier puis, accompagné d’un ministre qui porte le Saint Chrême, il vient à l’autel.
Il répand d’abord l’huile sainte en son milieu puis aux quatre angles.
Puis, il oint les cinq croix de l’autel signifiant les 5 plaies du Christ.
Enfin, signifiant douze apôtres, l’onction est appliquée sur les douze croix de consécration fixées sur les façades de la nef de l’église.

L’évêque allume, disposés sur l’autel, les 5 brûle-parfum avec encens, signe de la prière qui devra toujours monter vers Dieu dans cette église.
Puis, il encense l’autel.
Revenu à son siège, il est encensé par un ministre qui encense à son tour le peuple et l’édifice.
Des ministres essuient la table d’autel et ornent l’autel de nappes, manifestant ainsi qu’il est la table du sacrifice eucharistique.

Puis un diacre s’approche de l’évêque qui debout lui remet un petit cierge allumé.
Le diacre monte à l’autel et allume les cierges de l’autel et ceux devant chacune des croix de consécration.
On illumine alors l’église. En signe de joie, les cierges, les bougies disposées à l’emplacement des onctions et tous les luminaires de l’église sont allumés ! Signe du Christ qui est la Lumière du monde (Jean 8, 12 ; 9, 5).

4) La Liturgie de l’Eucharistie :

Consécration de l’univers entier :
L’Eglise comme cœur du monde. Du Jardin d’Eden à la Jérusalem céleste, Dieu a voulu sanctifier le monde.
L’Eglise, comme le sacrement est le signe efficace d’une action de Dieu qui veut « consoler les affligés, libérer les captifs...  ».
Le sacrifice eucharistique est finalement le rite essentiel de la Dédicace.

Après la communion, l’évêque inaugure solennellement la réserve eucharistique : rendu présent par le sacrifice de la messe, le Christ va désormais demeurer parmi les siens.

Ces rites de la Dédicace constituent un groupement unique de tous les symboles et actes principaux de la liturgie.
Ce que les sacrements de l’initiation réalisent pour une personne, la Dédicace l’opère pour ce signe visible du rassemblement des fils de Dieu dans la maison du Père qu’est une église consacrée.
Le jour choisi pour l’anniversaire de la dédicace d’une église a rang de solennité pour cette église. » SNPLS (Service national de la pastorale liturgique et sacramentelle).