Rentrer sur un chemin de conversion

6 avril 2020

Afin que nous soyons aidés dans le chemin de conversion, voici les liens des textes proposés les Saints Pères :

1) Un examen de conscience proposé par le Vatican (téchargez le texte)

2) Encyclique de Saint Jean Paul II « Reconciliatio et Paenitentia  », particulièrement le paragraphe n°18 accessible avec le lien ci-dessous

3) Le pape François parle de l’examen de conscience et de la confession :

4) D’autres articles :

A propos de la perte du sens du péché :

(…) Voilà pourquoi mon prédécesseur Pie XII a pu déclarer un jour, dans une expression devenue presque proverbiale, que « le péché de ce siècle est la perte du sens du péché »(100).

Et même dans le domaine de la pensée et de la vie ecclésiales, il y a des tendances qui favorisent inévitablement le déclin du sens du péché.
Certains, par exemple, tendent à remplacer des attitudes excessives du passé par d’autres excès : au lieu de voir le péché partout, on ne le distingue plus nulle part ; au lieu de trop mettre l’accent sur la peur des peines éternelles, on prêche un amour de Dieu qui excluerait toute peine méritée par le péché ; au lieu de la sévérité avec laquelle on s’efforce de corriger les consciences erronées, on prône un tel respect de la conscience qu’il supprime le devoir de dire la vérité.

Et pourquoi ne pas ajouter que la confusion créée dans la conscience de nombreux fidèles par les divergences d’opinions et d’enseignements dans la théologie, dans la prédication, dans la catéchèse, dans la direction spirituelle au sujet de questions graves et délicates de la morale chrétienne, finit par amoindrir, presque au point de l’effacer, le véritable sens du péché ?

Et il ne faut pas taire certains défauts dans la pratique de la Pénitence sacramentelle :
ainsi la tendance à obscurcir le sens ecclésial du péché et de la conversion, en les réduisant à des réalités seulement individuelles, ou, inversement, la tendance à supprimer la valeur personnelle du bien et du mal pour en considérer exclusivement la dimension communautaire ; ou encore le danger, pas encore entièrement conjuré, du ritualisme routinier qui enlève au sacrement son plein sens et son efficacité éducative.

Rétablir un juste sens du péché, c’est la première façon d’affronter la grave crise spirituelle qui pèse sur l’homme de notre temps.
Mais le sens du péché ne se rétablira que par un recours clair aux principes inaliénables de la raison et de la foi que la doctrine morale de l’Eglise a toujours soutenus.
Il est permis d’espérer que sera ravivé, surtout dans le monde chrétien et ecclésial, un sens salutaire du péché.
A cela contribueront une bonne catéchèse, éclairée par la théologie biblique de l’Alliance, une écoute attentive et un accueil confiant du Magistère de l’Eglise qui ne cesse d’éclairer les consciences, et une pratique toujours plus sérieuse du sacrement de la Pénitence.