Je me suis lavé ; alors j’ai vu. (Jean 9, 15)

24 mars 2017

Jésus, qui est la lumière, voit la détresse de l’homme qui en est privé.

Jésus rejette ceux qui établissent un lien entre le handicap et le péché. Par contre, Lui redonne des yeux à ceux qui sont aveugles. Les Juifs de son époque, eux, s’enfoncent dans la nuit : “Ce Juif est un pécheur”, alors que ce juif aveugle sortant de la nuit, dit : “Je crois en toi, Seigneur !”.

Nous aussi, nous essayons de voir. Nous sommes l’aveugle à qui Jésus redonne la vue. Jusqu’au dernier moment de notre vie, n’hésitons pas à redire dans notre prière : Jésus donne moi des yeux pour voir et comprendre ton message, comme nous le rappelle le pape François.

Durant le carême, trouvons des moyens concrets de vaincre notre indifférence. On peut lire et relire l’Evangile sans le vivre dans notre vie de tous les jours.

Nous sommes aussi entourés de nombreux aveugles, de nombreux indifférents. Ils disent “nous savons” et ils s’aveuglent. Ne refusons pas le dialogue et le partage entre chrétiens, mais aussi avec tous ceux que nous côtoyons dans la vie de tous les jours.

Seigneur, donne-nous les mots et les actes pour transmettre la lumière que tu proposes à tout homme.

Michel Jallade